HomeGroupsTalkZeitgeist
Hide this

Results from Google Books

Click on a thumbnail to go to Google Books.

L'Enjomineur : 1794 by Pierre Bordage
Loading...

L'Enjomineur : 1794

by Pierre Bordage

MembersReviewsPopularityAverage ratingConversations
272402,159 (3.91)None

None.

None
Loading...

Sign up for LibraryThing to find out whether you'll like this book.

No current Talk conversations about this book.

Showing 2 of 2
Après 1792 et 1793, Pierre Bordage conclut avec 1794 sa superbe trilogie de l'Enjomineur qui a pour cadre la Révolution Française et les Guerres de Vendée qui l'accompagnèrent. La narration de ce dernier volume est encore une fois partagée entre les deux héros de cette fantasy. On suit ainsi, d'un chapitre à l'autre, tantôt les aventures d'Émile le fils des fées, devenu à Paris un membre éminent de l'organisation occulte de Mithra qui vise à prendre le pouvoir en France avant d'élargir son empire au reste de l'humanité, et celles, sanguinaires, de Cornuaud – toujours sous l'emprise de la sorcière africaine –, à Nantes avec les forces républicaines ou dans le bocage vendéen au côté des forces royalistes et insurgées. Viennent parfois s'intercaler quelques chapitres consacrés à Armande, la comédienne du Théâtre de Richelieu qui se débat quant à elle entre les menaces de Bellerive et des aspirations royalistes qui la poussent à s'engager auprès des réseaux contre-révolutionnaires. Cette alternance assez artificielle entre les deux fils de narration étouffe un peu le roman et provoque quelques passages assez faibles, notamment quand Émile se trouve enfermé dans l'antre du Père des Pères. Le nombre de chapitres qui lui sont consacrés aurait certainement pu être réduit et le jeune homme fait encore une fois figure de parent pauvre dans ce troisième volume. Mais Bordage, indéniablement un conteur d'exception, n'en parvient pas moins à rendre son texte passionnant et irrésistible : tant pis si les passages consacrés à Cornuaud sont plus forts et déséquilibrent le récit. On en tourne d'autant plus fébrilement les pages consacrées à Émile et l'ouvrage dans son ensemble se déguste comme un morceau de choix.

L'Enjomineur fait souvent penser au C'est ainsi que les hommes vivent de Pelot. On y retrouve d'abord la même recherche sur le langage, et ce n'est pas une surprise venant de Bordage qui semble amoureux du patois et de la "langue parlée". On se rappellera d'ailleurs du travail qu'il avait déjà mené sur Les Fables de l'Humpur. Ici, les Vendéens s'expriment dans leur langue, et si la lecture est parfois un peu difficile, ça n'en est pas pour autant rédhibitoire. Mais on pense aussi à l'ouvrage de Pelot lorsque Bordage nous fait le récit détaillé des violences et des massacres qui ont accompagné et suivi cette Révolution. Il ne nous épargne rien des viols, des décapitations, des éventrations, des noyades, des maladies qui furent le quotidien des gens de l'époque. Il nous rappelle que l'espèce humaine est capable du pire dès qu'elle est en mesure de s'affranchir des règles que la société a dressées pour sa propre survie. Ah comme on est loin de la Révolution expliquée aux enfants dans les livres d'histoire ; comme on est proche des guerres – civiles ou non – qui éclatent aujourd'hui encore partout dans le monde. Soyez prévenu : ce sont des pages pleines de mort, graphiques et redoutables, qui composent cette fantasy. Car de fantasy il s'agit bien. Même si l'on est davantage habitué aux fantasy qui s'inspirent de notre société médiévale, même si la possession de Cornuaud pourrait n'être qu'un simple artifice fantastique pour expliquer sa vigueur et sa résistance hors du commun, Émile, lui le fils du seigneur du Mal, enlevé à sa naissance par les fées qui en ont fait leur instrument, est bien un héros de fantasy comme on en a l'habitude. Pour autant, et malgré la longévité exceptionnelle du Père des Pères, Bordage inscrit son œuvre dans l'histoire plutôt que dans l'imaginaire. Le culte de Mithra est bien réel, les événements décrits pendant la Révolution le sont également, et l'apparition du cheval mallet, des sirènes ou des fadets est plus souvent un moyen bien commode pour l'auteur de résoudre certaines problématiques – comme de ramener Émile en Vendée ou le détacher de ses liens – qu'autre chose.

C'est d'ailleurs ce qu'on reprochera à 1794 et qui participe du manque d'intérêt qu'on éprouve le plus souvent pour Émile : les deus ex machina résolvent bien trop commodément certaines situations. On a parfois l'impression que Bordage s'est laissé prendre au piège, qu'il a peut-être d'abord imaginé une histoire de fantasy à laquelle il a voulu donner comme décor la Révolution Française, et qu'il s'est finalement laissé emporter par la richesse de l'Histoire. Car en fin de compte, peu nous importent les aventures d'Émile. Ce sont bien celles de Cornuaud qui sont les plus passionnantes. Dans tous les cas, l'Enjomineur est bien une splendide et furieuse fresque sur la Révolution, qu'il convient de relire en une seule fois pour s'affranchir du découpage – purement éditorial – en trois tomes. ( )
  Fayries | Jun 24, 2010 |
Dernier tome, après 1972 et 1793, de la trilogie de fantasy historique de Bordage intitulée "L'enjomineur", 1794 conclue les intrigues croisées de Milo, le fils de fée des marais vendéens, et de Cornuaud, brigand nantais habité par une sorcière africaine, au milieu de la répression sanglante de l'insurrection vendéenne.

On suit avec plaisir les personnages de Paris au bocage vendéen en passant par Nantes. Outre les aspects liés au culte de Mithra, à mon avis un peu moins réussis que le reste, on suit les aventures de nos deux personnages principaux avec plaisir et intérêt. C'est l'occasion pour Bordage de continuer à développer un de ses thèmes favoris, l'extrémisme symptome des errements de l'esprit humain, tout en nous plongeant dans un de ces épisodes sombres que l'Histoire de France a si vite fait de rendre anecdotiques en oubliant les mariages républicains dans la Loire et autres méthodes pour se débarasser de ceux qui refusaient ces nouveaux maîtres tout aussi dures que les anciens. Les histoires nous permettent de mieux nous imprégner du tourbillon de l'Histoire et c'est là le plaisir principal de cette trilogie.

On retrouve le style de Bordage ainsi que son récit en alternance au rythme des chapitres consacrés à un unique personnage. Sans doute confortable pour l'auteur, ce découpage systématique en devient légèrement frustrant pour le lecteur habitué.

Quant aux personnages, j'ai apprécié de suivre Cornuaud le possédé dont le combat contre lui-même et la sorcière africaine rend le personnage intéressant. Je n'en dirais pas autant d'Emile, le "gentil", qui se retrouve au coeur du culte de Mithra et de la lutte entre celui-ci et les créatures de la nuit (sirènes et autres fadets). Celui-ci passe le plus gros du récit à subir les évènements, et lorsqu'il agit de lui-même (la scène au palais des glaces) ses motivations sont tout sauf claires et ne sont maladroitement expliquées que deux chapitres plus tard. C'est un peu léger pour un des moments forts de l'intrigue.

Bref, j'ai apprécié le contexte mais malheureusement moins le personnage principal. N'était-il pas finalement qu'un alibi pour se promener entre guérisseuse, sans-culottes et sacré-coeur dans une ambiance de fin des temps ? ( )
  toutautour | Aug 9, 2006 |
Showing 2 of 2
no reviews | add a review
You must log in to edit Common Knowledge data.
For more help see the Common Knowledge help page.
Series (with order)
Canonical title
Original title
Alternative titles
Original publication date
People/Characters
Important places
Important events
Related movies
Awards and honors
Epigraph
Dedication
À tous les miens…
À tous les autres…
First words
Armande se contempla avec effroi dans le miroir grossissant posé sur sa table à fard : les rides s'étaient creusées aux coins de ses yeux, des fils blancs s'étaient piqués dans sa chevelure dorée, sa peau avait perdu de son éclat, ses traits s'étaient affaissés…
Quotations
Last words
(Click to show. Warning: May contain spoilers.)
Disambiguation notice
Publisher's editors
Blurbers
Publisher series
Original language
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to your language.

References to this work on external resources.

Wikipedia in English

None

Book description
Haiku summary

No descriptions found.

No library descriptions found.

Quick Links

Popular covers

Rating

Average: (3.91)
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5 2
4 9
4.5
5

Is this you?

Become a LibraryThing Author.

 

About | Contact | Privacy/Terms | Help/FAQs | Blog | Store | APIs | TinyCat | Legacy Libraries | Early Reviewers | Common Knowledge | 125,506,973 books! | Top bar: Always visible