HomeGroupsTalkZeitgeist
This site uses cookies to deliver our services, improve performance, for analytics, and (if not signed in) for advertising. By using LibraryThing you acknowledge that you have read and understand our Terms of Service and Privacy Policy. Your use of the site and services is subject to these policies and terms.
Hide this

Results from Google Books

Click on a thumbnail to go to Google Books.

Perekond Thibault. romaan / 2. [köide] by…
Loading...

Perekond Thibault. romaan / 2. [köide]

by Roger Martin du Gard

MembersReviewsPopularityAverage ratingConversations
811,035,133NoneNone

None.

None
Loading...

Sign up for LibraryThing to find out whether you'll like this book.

No current Talk conversations about this book.

Il sourit au son de sa propre voix et cligna de l’œil vers la glace : « Eh bien, oui, je le sais bien, l’orgueil », songea-t-il avec un rire cynique. « L’abbé Vécard dit : “L’orgueil des Thibault.” Mon père, lui… Soit. Mais moi, eh bien oui, l’orgueil. Pourquoi non ? L’orgueil, c’est mon levier, le levier de toutes mes forces. Je m’en sers. J’ai bien le droit. Est-ce qu’il ne s’agit pas avant tout d’utiliser ses forces ? »
Réflexions d’Antoine sur lui-même.
(p. 79, Chapitre 7).

« Comment ai-je perdu la foi ? Je n’en sais plus rien. Lorsque je m’en suis avisé – il n’y a pas plus de quatre ou cinq ans – j’avais déjà par ailleurs atteint un degré de culture scientifique qui laissait peu de place à des croyances religieuses. Je suis un positif », fit-il, avec un sentiment de fierté (…). « Je ne dis pas que la science explique tout, mais elle constate ; et, moi, ça me suffit. Les comment m’intéressent assez pour que je renonce sans regret à la vaine recherche des pourquoi. D’ailleurs », ajouta-t-il rapidement et en baissant la voix, « entre ces deux ordres d’explications, il n’y a peut-être qu’une différence de degré ? » Il sourit comme pour s’excuser : « Quant à la morale », reprit-il, « eh bien, elle ne me préoccupe guère. Je vous scandalise ? Voyez-vous, j’aime mon travail, j’aime la vie, je suis énergique, actif, et je crois avoir éprouvé que cette activité est par elle-même une règle de conduite. En tout cas, jusqu’à présent, je ne me suis jamais trouvé hésitant sur ce que j’avais à accomplir. »
Réflexions d’Antoine sur lui-même.
(p. 122-123, Chapitre 11).

Tout est dans le titre. Thibault a décidé d’appliquer à son fils les méthodes expéditives qu’il préconise depuis toujours dans le cadre de ses actions de bienfaisance pour remettre les enfants dans le droit chemin. Il fait enfermer son cadet Jacques, forte tête qu’il ne peut mâter, dans le pavillon pour enfants riches du pénitencier de Crouy qu’il a lui-même fondé et qu’il administre.
Il faudra que neuf mois passent pour qu’Antoine, son autre fils, s’avise que la punition a peut-être assez duré et qu’il serait temps qu’il intervienne.
Le Pénitencier, ce sont les dernières semaines de réclusion de Jacques, le premier acte d’émancipation d’Antoine face à son père et l’organisation de la vie indépendante des deux garçons. C’est aussi une charge contre le père, engoncé dans ses valeurs, sûr de son bon droit en patriarche absolutiste, mais aussi pharisien démasqué par son directeur spirituel, le très diplomate et très fin abbé Vécard. Se met donc en place dans ce deuxième tome un des thèmes chers à Martin du Gard, celui de la place de la foi dans une société qui évolue, et dans laquelle s’annonce la séparation de l’Eglise et de l’Etat, thème déjà présent dans Jean Barois, un de ses premiers grands romans, publié en 1913.

Ce second tome commence donc à être plus profond, plus intéressant mais, toujours très court (il ne fait que 140 pages dans mon édition électronique), il ne fait qu’attiser la curiosité du lecteur, la mienne en tout cas. Et, acquise à la cause qu’il défend, je n’ai pas trouvé beaucoup de matière à réflexion dans ce tome. Mais j’ai pu, dans cette partie un peu plus longue, me laisser emporter par le style extrêmement classique de Roger Martin du Gard, avec sa grande fluidité et sa simplicité apparente, qui donne à ce style un aspect très daté mais qui le rend très agréable à lire.
  raton-liseur | Jan 30, 2015 |
no reviews | add a review
You must log in to edit Common Knowledge data.
For more help see the Common Knowledge help page.
Series (with order)
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
Canonical title
Original title
Alternative titles
Original publication date
People/Characters
Important places
Important events
Related movies
Awards and honors
Epigraph
Dedication
First words
Quotations
Last words
Disambiguation notice
Publisher's editors
Blurbers
Publisher series
Information from the Estonian Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
Original language

References to this work on external resources.

Wikipedia in English

None

Book description
Haiku summary

No descriptions found.

No library descriptions found.

Quick Links

Popular covers

Rating

Average: No ratings.

Is this you?

Become a LibraryThing Author.

 

About | Contact | Privacy/Terms | Help/FAQs | Blog | Store | APIs | TinyCat | Legacy Libraries | Early Reviewers | Common Knowledge | 127,188,618 books! | Top bar: Always visible