HomeGroupsTalkZeitgeist
Hide this

Results from Google Books

Click on a thumbnail to go to Google Books.

The Seventh Day: A Novel by Yu Hua
Loading...

The Seventh Day: A Novel (2013)

by Yu Hua

MembersReviewsPopularityAverage ratingConversations
503233,859 (3.96)None

None.

None
Loading...

Sign up for LibraryThing to find out whether you'll like this book.

No current Talk conversations about this book.

Dutch (2)  French (1)  All (3)
Showing 3 of 3
Le roman se déroule sur sept jours, qui forment autant de chapitre. Il s’ouvre sur la mort du narrateur, âgé d’une quarantaine d’années, dans l’explosion / le feu du restaurant, dans lequel il était en train de manger. Plus exactement, on arrive juste après sa mort, quand il est rentré chez lui et qu’il se prépare pour aller au crématorium à 9h00, sa crémation étant prévue à 9h30. Il est seul et doit donc se préparer seul, et assez rapidement en plus car il est en retard. Il ne prend le temps de mettre qu’un brassard noir pour porter son deuil. Il arrive au crématorium et on découvre une certaine vision de la mort mais surtout de l’enterrement : d’un côté il y a les très riches, assis sur de luxueux fauteuils, qui portent de très beaux habits, qui discutent le prix de leur enterrement, et de l’autre il y a les autres, les gens normaux, avec des habits normaux, qui sont assis sur des chaises en plastique. Ceux-là sont déjà heureux quand leur famille a pu leur payer une sépulture. Mais comme je l’ai dit notre narrateur est seul, personne ne lui a donc payé de sépulture. Il décide de repartir du crématorium, car son âme ne peut retrouver la paix (et surtout il ne sait pas où aller). Il va donc errer pendant sept jours, découvrir un autre monde, celui d’après.

Dans les chapitres suivants, il va se remémorer son mariage, son enfance avec son père adoptif suite à une naissance rocambolesque (qui en fait pratiquement un enfant né de nul part), la pauvreté et la misère mais l’amour tout de même. Ces sept jours sont aussi l’occasion de rencontrer d’autres gens avec d’autres histoires, plus tragiques les unes que les autres et qui sont l’occasion pour l’auteur de décrire, voir dénoncer, des situations d’aujourd’hui : les mensonges d’état (parce que chez eux aussi tout va bien, parce que ce que l’on ne sait pas ne peut pas nous faire de mal), la corruption quotidienne, le pouvoir de l’argent et des marques (et la manière dont cela change une société), la destruction de maisons sans même se soucier s’il y a quelqu’un à l’intérieur, les logements de misère. Finalement, ce qui aidera notre narrateur à trouver le repos, c’est le fait d’avoir pu discuter avec son ex-femme, d’avoir eu une dernière confrontation avec elle mais surtout d’avoir pu embrasser une dernière fois son père adoptif.

Il est facile de deviner, au vu de mon résumé, que ce qui m’a énormément plu est le fait que ce roman soit un roman social mais aussi un roman qui permet de connaître un peu mieux la société chinoise (même s’il est toujours mieux d’avoir plusieurs point de vue). J’en suis sortie avec l’impression d’une société très hiérarchisée, où la dégringolade sociale peut être très rapide et sévère, mais aussi d’une société où les gens acceptent leur sort, comme s’il savait qu’il y avait autre chose de plus important (je ne sais pas quoi par contre).

Yu Hua n’écrit pas un roman désespérant. Bien au contraire, en faisant « vivre » ses personnages après leur mort, il peut envisager les deux points de vue (l’avant et l’après) et ainsi mettre une certaine solidarité entre les « morts » abandonnés, en tout cas les plus pauvres, puisque c’est eux que l’on suit dans une grande partie du roman. Cette relation entre les gens n’est que très peu mis en scène dans les moments « vivants » du roman (voire même plutôt le contraire).

L’écriture est assez dépouillée et se met entièrement au service du discours. Il n’y a pas d’effets de style, en tout cas je pense même s’il est très difficile de juger une écriture dans une langue que l’on ne connait pas. Je n’ai ainsi pas trouvé que l’on remarquait la présence de l’auteur. J’ai même eu l’impression de lire une sorte de journal intime du narrateur, comme un récit ou un témoignage. La seule faiblesse du roman (le pourquoi je ne lui ai mis que 4.5/5 sur LibraryThing), ce sont parfois les transitions, en particulier les passages entre monde des vivants et des morts. Elles semblent factices ou bien on glisse d’un monde à l’autre sans s’en rendre compte.

En conclusion, je vais continuer à découvrir Yu Hua, qui me semble pour l’instant un auteur extrêmement intéressant. ( )
  CecileB | May 29, 2016 |
Dit boek doet me qua sfeer denken aan de boeken van Murakami.
  jefke | May 5, 2016 |
Een magistraal boek, waarin verwondering omslaat naar bewondering. Je weet in het begin niet waar het verhaal naar toe gaat. Maar gaandeweg krijg je steeds meer bewondering voor de samenhang. Het gaat over iemand die dood gaat, maar nog even moet wachten voordat hij een graf kan krijgen. Hoewel je aanvankelijk denkt alleen met doden te maken te hebben worden gaandeweg de doden steeds levendiger met emoties. ( )
  Pieter_Goldhoorn | Mar 12, 2016 |
Showing 3 of 3
no reviews | add a review
You must log in to edit Common Knowledge data.
For more help see the Common Knowledge help page.
Series (with order)
Canonical title
Original title
Information from the Dutch Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
Alternative titles
Original publication date
Information from the Dutch Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
People/Characters
Important places
Important events
Related movies
Awards and honors
Epigraph
Dedication
First words
Quotations
Last words
Disambiguation notice
Publisher's editors
Blurbers
Publisher series
Original language

References to this work on external resources.

Wikipedia in English (1)

Book description
Haiku summary

Amazon.com Product Description (ISBN 0804197865, Hardcover)

From the acclaimed author of Brothers and To Live: a major new novel that limns the joys and sorrows of modern China—a deeply resonant contemporary fable, written with the author's hallmark sophisticated yet bawdy humor and piercing eye for the telling detail.

Yang Fei was born on a moving train, lost by his mother, adopted by a young switchman, raised with simplicity and love—utterly unprepared for the changes that await him and his country. As a young man, he searches for a place to belong in a nation ceaselessly reinventing itself. At forty-one, he meets an unceremonious death, and lacking the money for a burial plot, must roam the afterworld aimlessly. There, over the course of seven days, he encounters the souls of people he's lost, and as he retraces the path of his life, we meet an extraordinary cast of characters: his adoptive father, beautiful ex-wife, neighbors who perished in the demolition of their homes. Vivid, urgent, and panoramic, Yang Fei's passage movingly traces the contours of his vast nation—its absurdities, its sorrows, and its soul. This searing novel affirms Yu Hua's place as the standard-bearer of Chinese fiction.

(retrieved from Amazon Thu, 12 Mar 2015 18:14:36 -0400)

No library descriptions found.

Quick Links

Swap Ebooks Audio
10 wanted

Popular covers

Rating

Average: (3.96)
0.5
1
1.5
2
2.5
3 2
3.5
4 8
4.5 3
5

Is this you?

Become a LibraryThing Author.

 

You are using the new servers! | About | Privacy/Terms | Help/FAQs | Blog | Store | APIs | TinyCat | Legacy Libraries | Early Reviewers | Common Knowledge | 117,081,982 books! | Top bar: Always visible