HomeGroupsTalkZeitgeist
Hide this

Results from Google Books

Click on a thumbnail to go to Google Books.

Six degrés de liberté by Nicolas Dickner
Loading...

Six degrés de liberté (2015)

by Nicolas Dickner

MembersReviewsPopularityAverage ratingMentions
314357,052 (4)3

None.

None
Loading...

Sign up for LibraryThing to find out whether you'll like this book.

No current Talk conversations about this book.

» See also 3 mentions

Showing 4 of 4
Voilà une mécanique implacable que Nicolas Dickner étale dans ses Six degrés de liberté, la mécanique d'un roman construit avec ingéniosité où l'auteur n'hésite pas à jouer d'un décalage dans la temporalité pour le bénéfice du récit. Dickner, à son habitude, nous expose ici à des personnages marginaux, obsessifs, hantés par des désirs de liberté et contraints par autant d'amarres virtuelles. Il y a Lisa, adolescente créatrice de projets pour s'émanciper de son sud-ouest québécois et frontalier. Il y a Éric, son voisin agoraphobe, qui trouvera dans la technologie l'espoir de poursuivre. Dans un autre univers, on trouve Jay (ce n'est pas son vrai nom) qui, en bossant pour la GRC espère réduire la durée d'une peine à purger pour fraude électronique. Jay, en enquêtant pour son compte et à ses risques, croisera l'un des projets d'Éric et Lisa, le plus abouti et le plus éclaté, celui d'un conteneur en voyage pour se libérer de l'ennui, pour atteindre un certain degré de liberté.

[http://rivesderives.blogspot.ca/2015/09/six-degres-de-liberte-nicolas-dickner.html] ( )
  GIEL | Jan 18, 2016 |
J'ai adoré cette aventure insolite qui défie les conventions géographiques et informatiques sans compter l'imagination qui veut repenser les frontières. Les personnages, tout sages qu'ils sont - ou que l'on pourrait leur accorder de leurs humbles origines géographiques, sont émouvants par leur défiance et leur ingéniosité. Leurs vies s'entre-mêlent habilement, accélérant imperceptiblement le rythme du roman. Les talents et les imaginations évoluent de façon tout à fait crédible et même dans le lofouque des situations, tout rentre dans une logique implacable.
Mais ce sont les motifs ultérieurs qui sont les plus beaux et qui relèvent de la poésie. Ce roman est tout à fait juste à son titre: c'est une ode à la liberté, non seulement physique, mais spirituelle et émotive.
C'est un magnifique roman qui fait rêver et qui transporte vers d'autres possibilités. ( )
  Cecilturtle | Nov 29, 2015 |
Un mélange de Donna Leon (La femme au masque de chère) et de Michel Houellebecq et dont la progéniture est supérieure aux parents. La facture graphique est remarquable, c'est un objet que je ne me suis jamais lassé d'admirer la couverture illustrée par Tom Gault.
Je me suis dit parfois que cette oeuvre aurait méritée d'être édité chez Gallimard (un réflexe de colonisée qui se compare et qui se représente en périphérie de la France dans l'écosystème littéraire, et Gallimard comme l'aboutissement et la consécration ultime, quand je lis les meilleur(e)s d'ici), à la place de, dans le genre, La théorie de l'information - une théorie qui, comme un soufflé,s'affaisse assez vite -, mais on aurait pas eu ce livre que seul l'art des éditions Alto peut nous offrir. ( )
  mariedmartel | Oct 18, 2015 |
Pourquoi ce livre?
J’ai acheté ce livre par affection pour son auteur, Nicolas Dickner avec qui je poursuis actuellement cette maîtrise. Lorsque j’ai su que son nouveau roman sortait en librairie, je l’ai acheté. Je ne n’avais pas lu ses œuvres précédentes, mais la sympathie que l’auteur m’avait inspirée lors de nos travaux d’équipe m’avait suffi. J’ai lu les quelques cent premières pages du livre à la sortie de la librairie, en buvant quelques cafés, attablée au restaurant du coin. Je l’ai ensuite mis de côté pour quelques semaines. Je l’ai repris lors de mes vacances d’été reprenant le fil avec bonheur pour une autre centaine de pages. Enfin, je l’ai terminé en une soirée frisquette du mois de septembre avalant avec bonheur la dernière centaine de pages qui me restait. Je l’ai donc lu en trois temps entrecoupés de longues pauses pour des raisons circonstancielles uniquement puisque ce roman m’a beaucoup plu.

Un premier aspect qui m’a plu
J’ai beaucoup aimé le style de Dickner. Je l’ai trouvé drôle et décalé juste assez ironique sans être acerbe. Il mélange les niveaux de langue avec fluidité. Il provoque la surprise et ménager des retournements inattendus à son lecteur. J’ai aimé l’univers qu’il a créé à la fois familier et décalé, peuplés de personnages étonnants, mais pourtant vraisemblables malgré leurs gestes, réflexions et actions souvent hors-du-commun. Puis, évidemment, « toutes les histoires sont l'interprétation que nous faisons d'elles …» (Manguel, 2008, 60). Pour moi, ce roman a des allures de pied-de-nez littéraire à notre civilisation, ce qui m’a plu.

Un second aspect qui m’a plu
Les personnages de ce roman plaisent : Ils sont complexes, intelligents et étranges. Les deux protagonistes principaux, Lisa et Jay, respectivement une adolescente solitaire paumée et une ancienne fraudeuse forcée de travailler pour les autorités fédérales évoquent toutes deux à leur façon le mal de vivre moderne. Elles sont seules et voudraient être ailleurs. Elles s’ennuient dans une existence vide de sens, jusqu’à cette fin « jouissive » du roman où le destin de chacune s’entrecroise et se délie avec une certaine liberté retrouvée et un peu d’espoir pour la suite du monde.

Un aspect qui m’a moins plu
Ce livre dans son entier m’a beaucoup plu. Puisque, je dois mentionner un élément que j’ai moins apprécié, je dirais les digressions relatives du roman concernant les personnages secondaires. En effet, certains pourraient trouver ce roman un peu long. Bien que je ne partage pas cet avis, il m’est apparu que certaines parties de cette œuvre ne sont pas directement reliées à la trame narrative principale. Ainsi, bien qu’elles apportent de la profondeur et de la richesse aux protagonistes principaux, ces parties allongent la lecture sans être complètement ou directement reliées au fil conducteur principal de l’histoire.

L’objet livre
Le livre de Dickner est de bonne qualité. Le papier, l’encre et l’impression sont impeccables. La présentation est aérée et la typographie agréable, le tout rendant sa lecture très confortable pour les yeux. Le format est parfait. La couverture est semi-rigide. Il tient bien dans la main et il se transporte facilement. Il n’est pas illustré sauf pour la couverture qui est du bédéiste Tom Gauld. Cet élément m’a charmée puisque je connaissais et aimais le travail de Gauld. Bien que cela n’indique en rien de la qualité du roman, ça m’a donné un premier bon sentiment envers celui-ci. La page de couverture est un élément important pour moi puisque j’aime collectionner, conserver et classer les livres que j’ai préférés dans ma bibliothèque. Je suis attachée au livre papier. Il est pour moi « objet de résistance et objet fétiche ». (Doueihi, 2010). De plus, ce livre comporte une jaquette, un certain luxe que j’apprécie. J’aime que mes livres soient beaux et je n’aime pas devoir leur faire trop attention. J’aime les trimbaler, les prêter et les échanger.
En somme, « … pensons au plaisir, mille fois nommé, de toucher l'objet, d'en admirer la couverture (ou au contraire, de s'en trouver déçu), de sentir le papier et l'encre. » (Desrochers, 2015). Pour cet ouvrage de Dickers, le plaisir a été entier, l’objet livre ne s’est par révéler décevant. Il s’agit d’un beau livre; d’un bel objet, et l’histoire qu’il contient n’en fut que plus agréable à lire. ( )
  Marie-Eve6344a15 | Oct 13, 2015 |
Showing 4 of 4
no reviews | add a review
You must log in to edit Common Knowledge data.
For more help see the Common Knowledge help page.
Series (with order)
Canonical title
Original title
Alternative titles
Original publication date
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
People/Characters
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
Important places
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
Important events
Related movies
Awards and honors
Information from the Russian Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
Epigraph
Dedication
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
Ce livre est dédié à la mémoire de Larry Walters
First words
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
Lisa pense à l'argent.
Quotations
Last words
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
(Click to show. Warning: May contain spoilers.)
Disambiguation notice
Publisher's editors
Blurbers
Publisher series
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
Original language
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to your language.

References to this work on external resources.

Wikipedia in English

None

Book description
Haiku summary

No descriptions found.

No library descriptions found.

Quick Links

Swap Ebooks Audio
1 wanted

Popular covers

Rating

Average: (4)
0.5
1
1.5
2
2.5 1
3 2
3.5 1
4 5
4.5 4
5 2

Is this you?

Become a LibraryThing Author.

 

About | Contact | Privacy/Terms | Help/FAQs | Blog | Store | APIs | TinyCat | Legacy Libraries | Early Reviewers | Common Knowledge | 119,681,149 books! | Top bar: Always visible