HomeGroupsTalkZeitgeist
Hide this

Results from Google Books

Click on a thumbnail to go to Google Books.

C'est ainsi que les hommes vivent by Pierre…
Loading...

C'est ainsi que les hommes vivent

by Pierre Pelot

MembersReviewsPopularityAverage ratingConversations
131723,089 (4)None

None.

None
Loading...

Sign up for LibraryThing to find out whether you'll like this book.

No current Talk conversations about this book.

On a des regrets, quand la dernière page du roman est tournée, de constater que la formidable histoire est achevée. Parce qu'on a eu le temps, à la lecture de C'est ainsi que les hommes vivent, de s'imprégner de la densité, de la profondeur et de la richesse du récit. Pierre Pelot livre en effet une œuvre à part, un pavé de 1150 pages en petits caractères, sans temps morts malgré sa taille, tout en introspection et en action violente, une reconstitution historique exceptionnelle. Une œuvre difficile, aussi : l'histoire qui nous y est révélée est pleine de rebondissements, de rencontres, et les périodes de folie ou d'étourdissement des personnages (qui se répondent à travers les siècles) retardent certaines révélations. Difficile aussi parce qu'extrêmement violente : la mort n'épargne personne, et ceux qui la prodiguent se repaissent de la douleur qu'ils infligent. Les scènes de meurtres et de destructions sont d'une cruauté et d'une crudité presque insoutenables. Difficile encore à cause du choix de l'auteur de livrer son récit dans une langue et un style conformes à ceux de l'époque qu'il décrit. Pelot nous avait déjà offert avec sa novélisation du Pacte des loups un superbe travail sur le sujet. Il poursuit son œuvre ici en mélangeant le patois vosgien à la langue du XVIIe siècle et produit un texte qui transporte immédiatement le lecteur trois siècles en arrière.

À la manière d'un Guy Gavriel Kay, Pelot écrit dans un style épique. Ses personnages ne sont pas des héros, et pourtant les événements qu'ils vivent par la force des choses sont suffisants pour susciter l'intérêt du lecteur. Le récit alterne avec une régularité parfaite les chapitres consacrés à l'une ou l'autre des deux périodes, et on peut dresser un parallèle entre Dolat et Lazare, puisque chacun est hanté par une femme disparue. Lazare d'ailleurs, traumatisé par la disparition d'une journaliste française en Tchétchénie, évoque le Hugo Toorop de Maurice G. Dantec, marqué par les guerres de Yougoslavie. En réalité complètement autonomes, les deux histoires se déroulent et suivent leur cours tout au long du roman, dans une région vosgienne reproduite avec une précision qui révèle le soin accordé aux recherches par l'auteur. Les intrigues politiques (quelle que soit l'époque), la guerre de Trente Ans vue de l'intérieur par des hommes et des femmes qui sont bien loin des rivalités des puissants, tout cela est servi par une narration efficace entretenue par le voile de mystère qui occulte les actions de Lazare Grosdemange.

C'est ainsi que les hommes vivent est un texte étonnant, tel qu'on en a rarement l'occasion de lire. C'est un voyage au long cours dans un pays oublié, qui laisse à la fin un sentiment d'accomplissement même si c'est avec tristesse qu'on finit par quitter ses personnages. Les deux périodes auraient-elles pu être plus équilibrées, et l'histoire de Lazare Grosdemange allongée de quelques centaines de pages ? Toujours est-il que ce livre mérite d'être lu, et relu. ( )
  Fayries | Jun 24, 2010 |
no reviews | add a review
You must log in to edit Common Knowledge data.
For more help see the Common Knowledge help page.
Series (with order)
Canonical title
Original title
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
Alternative titles
Original publication date
People/Characters
Important places
Important events
Related movies
Awards and honors
Information from the Russian Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
Epigraph
On attache aussi bien toute la philosophie morale à une vie populaire et privée qu'à une vie de plus riche étoffe ; chaque homme porte la forme entière de l'humaine condition.
Michel de Montaigne
Et si grande est la sottise des mortels que les objets les plus petits et les plus vils, du moins remplaçables, ils supportent de se les voir imputés quand ils les ont obtenus, que nul ne se juge redevable en quoi que ce soit pour avoir reçu du temps, alors que c'est le seul bien que, même reconnaissant, l'on ne peut rendre.
Sénèque
Dedication
First words
Flamboyante de lumière dans l'incandescence de l'été finissant, la baigneuse ne l'avait pas abandonné.
Quotations
Last words
(Click to show. Warning: May contain spoilers.)
Disambiguation notice
Publisher's editors
Blurbers
Publisher series
Original language

References to this work on external resources.

Wikipedia in English

None

Book description
Haiku summary

No descriptions found.

No library descriptions found.

Quick Links

Swap Ebooks Audio

Popular covers

Rating

Average: (4)
0.5
1
1.5
2
2.5
3 1
3.5
4 2
4.5
5 1

Is this you?

Become a LibraryThing Author.

 

About | Contact | Privacy/Terms | Help/FAQs | Blog | Store | APIs | TinyCat | Legacy Libraries | Early Reviewers | Common Knowledge | 119,459,855 books! | Top bar: Always visible