HomeGroupsTalkZeitgeist
This site uses cookies to deliver our services, improve performance, for analytics, and (if not signed in) for advertising. By using LibraryThing you acknowledge that you have read and understand our Terms of Service and Privacy Policy. Your use of the site and services is subject to these policies and terms.
Hide this

Results from Google Books

Click on a thumbnail to go to Google Books.

Janua Vera by Jean-Philippe Jaworski
Loading...
MembersReviewsPopularityAverage ratingMentions
886194,805 (4.2)5

None.

Loading...

Sign up for LibraryThing to find out whether you'll like this book.

No current Talk conversations about this book.

» See also 5 mentions

Showing 1-5 of 6 (next | show all)
Attiré au hasard par les critiques plutôt très positives de "Gagner la guerre", je décide de commencer par "Janua Vera" pour me mettre dans le bain. Bonne idée car j'ai vraiment aimé ce livre. L'écriture de l'auteur est vraiment agréable, soutenue mais dynamique. En sachant qu'il participe activement au milieu rôliste (et qu'il est l'auteur d'un jeu de rôle si je ne m'abuse), je retrouve le style propre au jeu de rôle qui doit faire passer une action par une description fine mais active. Au départ on peut s'interroger sur le parallèle entre les différentes nations et un équivalent "réel", mais finalement ça participe efficacement d'une mise en situation efficace. Les différentes nouvelles sont assez différentes, ce qui permet de ne jamais tourner en rond. Seul reproche que je pourrais faire, l'univers du Vieux Royaume à l'air assez vaste, et certaines portions ne sont que mentionnées ou brièvement abordées, j'aurais aimé une nouvelle qui se passe en Ressine par exemple. ( )
  FoM | Apr 18, 2013 |
En toute logique, c’est après m’être farci Gagner la guerre que j’ai attaqué "Janua Vera", le premier bouquin de Jean-Philippe Jaworski, un recueil de nouvelles dans lequel on rencontre pour la première fois le ci-devant Benvenuto Gesufal, mais aussi pas mal d’autres personnages secondaires de "Gagner la guerre". Ne m’étant pas fâché avec l’auteur depuis, je vous réfère à la chronique précédente pour le copinage potentiel.

L’ordre de lecture n’est au final pas très important; que l’on découvre le Vieux Royaume par l’un ou l’autre des ouvrages, je pense que ça ne change pas grand-chose. Soit on prend l’option « petit bain » et on commence en douceur, par des nouvelles raisonnablement courtes, soit on revient par ce biais dans l’univers jaworskien, par petites touches.

Deux choses m’ont marquées dans cet ouvrage: d’une part, le style de l’auteur. Si on aime les belles tournures, le vocabulaire médiévalisant suranné, c’est un régal. Il y a des descriptions éblouissantes dans ces sept histoires. D’autre part, les histoires en elles-mêmes sont souvent plus que brillantes.

Que ce soit avec « Janua Vera », le récit d’un psychose, celle d’un roi divinisé qui, arrivé au sommet, perd lentement la raison ou « Le conte de Suzelle », l’histoire d’une fille de paysans pas comme les autres au destin cruel, on est plongé dans des histoires magnifiques et brutales. J’ai également été impressionné par « Le service des dames », une geste chevaleresque réaliste et lucide, ou « Un amour dévorant », un récit de hantise que n’aurait pas renié Carnacki et, dans un registre similaire, « Le confident ».

« Mauvaise donne » est le récit qui introduit don Benvenuto; il est tout à fait dans la veine de "Gagner la guerre", mais détonne un peu dans l’ensemble. Également en porte-à-faux, « Jour de guigne » est une hilarante farce qui raconte ce qui peut arriver à un copiste maudit par un palimpseste mal nettoyé. Je suis moins enthousiaste sur « Une offrande très précieuse », qui est bien écrit, mais dont l’histoire me paraît moins exceptionnelle.

Peu de réserves, donc: "Janua Vera" est un excellent recueil de nouvelles dans un genre médiéval-fantastique si souvent galvaudé par du sous-Tolkien ou du sous-D&D que l’originalité de ton et de narration dont fait preuve ici l’auteur apparaissent comme une tornade d’air frais. Prenez ça dans la sclérose, les tâcherons!

Contenu publié sous licence Creative Commons Attribution 3.0 Unported sur http://alias.codiferes.net/wordpress/index.php/janua-vera-de-jean-philippe-jawor... ( )
  SGallay | Apr 9, 2013 |
Ce livre a franchement des qualités : il est vraiment bien écrit (tout à la fois dense et clair), riche (la ville de "Mauvaise donne", l'une des nouvelles ici regroupées, est vraiment intéressante), intelligent (personnages bien campés, intrigues complexes et bien menées)... Mais, mais, mais... Je n'ai pas vraiment accroché et me suis un eu vite lassé de ces histoires de chevaliers à arbalètes ou de seigneurs comploteurs. Bref : un écrivain un talent indéniable, mais un livre qui ne transcende pas son genre (la fantasy) ( )
  DesEsseintes | Sep 17, 2011 |
Et pourtant je ne suis pas une grande amatrice de recueil de nouvelles, mais cette œuvre là est magistrale. C'est probablement très subjectif mais l'auteur décrit au fil de ses nouvelles un univers fantastique, dans une langue parfaite, parfois poétique, parfois sombre et toujours savante. Je me suis retrouvé plongé totalement dans ses intrigues et ses histoires d'amour et j'ai même aimé les scènes de combats épiques et je ne pensez pas dire ça un jour. Je le conseille vivement pour les gens qui aime la langue française mais aussi pour les amateurs d'univers médiévaux fantastiques.
Maintenant, je vais me plonger dans gagner la guerre c'est certain. ( )
  Alambrine | Mar 23, 2011 |
Présentation de l'éditeur : Né du rêve d'un conquérant, le Vieux Royaume n'est plus que le souvenir de sa grandeur passée... Une poussière de fiefs, de bourgs et de cités a fleuri parmi ses ruines, une société féodale et chamarrée où des héros nobles ou humbles, brutaux ou érudits, se dressent contre leur destin. Ainsi Benvenuto l'assassin trempe dans un complot dont il risque d'être la première victime, AEdan le chevalier défend l'honneur des dames, Cecht le guerrier affronte ses fantômes au milieu des tueries... Ils plongent dans les intrigues, les cultes et les guerres du Vieux Royaume. Et dans ses mystères, dont les clefs se nichent au plus profond du cœur humain...
Biographie de l'auteur : Jean-Philippe Jaworski met une langue finement ciselée au service d'un univers de fantasy médiévale d'une richesse rare. Entre rêves vaporeux et froide réalité, un moment de lecture unique. Janua vera a été récompensé par le prix du Cafard Cosmique 2008. Jean-Philippe Jaworski, né en 1969, est l'auteur de deux jeux L de rôle : Tiers Âge et Te Deum pour un massacre. Il conjugue une gouaille et un esprit des contes de fées à la Peter S. Beagle avec l'astuce et le sens de l'aventure d'un Alexandre Dumas. Son premier roman, Gagner la guerre, paraît en 2009 (Éd. Les moutons électriques).
Janua Vera. Nouvelle relativement courte, mais dégageant un parfum de mythe et de légende, celle-ci s’intéresse au Dieu-Roi Leodegar qui reigne sur le vieux royaume. Chaque nuit il est réveillé par un rêve, qui se termine invariablement par des coups donnés sur une porte. Et ses sujets s’inquiètent, comment un Dieu vivant peut-il être troublé par ses rêves. Leodegar ne comprend pas. Il va chercher par tous les moyens la clé de cette énigme qu’il ne comprend pas, nous entrainant à sa suite dans cet univers onirique, teinté d’une flamboyance sur le déclin. ( )
  vdb | Oct 2, 2010 |
Showing 1-5 of 6 (next | show all)
no reviews | add a review
You must log in to edit Common Knowledge data.
For more help see the Common Knowledge help page.
Series (with order)
Canonical title
Original title
Alternative titles
Original publication date
People/Characters
Important places
Important events
Related movies
Awards and honors
Epigraph
Dedication
First words
Quotations
Last words
Disambiguation notice
Publisher's editors
Blurbers
Publisher series
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
Original language
Canonical DDC/MDS

References to this work on external resources.

Wikipedia in English

None

Book description
À travers dix destins se dessine une géographie du vieux royaume, de ses intrigues, de ses cultes, de ses guerres. Et de ses mystères, dont les clefs se nichent, pour beaucoup, dans les méandres du cœur humain.
Haiku summary

No descriptions found.

No library descriptions found.

Quick Links

Popular covers

Rating

Average: (4.2)
0.5
1
1.5
2 1
2.5
3 5
3.5 2
4 11
4.5 7
5 12

Is this you?

Become a LibraryThing Author.

 

About | Contact | Privacy/Terms | Help/FAQs | Blog | Store | APIs | TinyCat | Legacy Libraries | Early Reviewers | Common Knowledge | 129,001,054 books! | Top bar: Always visible