HomeGroupsTalkZeitgeist
Hide this

Results from Google Books

Click on a thumbnail to go to Google Books.

Les Misérables, Volume 1 of 2 by Victor…
Loading...

Les Misérables, Volume 1 of 2 (1862)

by Victor Hugo

Other authors: See the other authors section.

Series: Les Misérables (1)

MembersReviewsPopularityAverage ratingMentions
640715,108 (4.18)5
Recently added byhugh77, private library, Piiko, Rusty37, cheesestraws, AneirinP, melannen
Legacy LibrariesCarl Sandburg, Theodore John Kaczynski

None.

None
Loading...

Sign up for LibraryThing to find out whether you'll like this book.

No current Talk conversations about this book.

» See also 5 mentions

English (3)  French (3)  Spanish (1)  All (7)
Showing 3 of 3
Hugo’s gigantic novel is the great bugbear of French literature, lying like a Massif Central across the cultural landscape of 19th century France. Hugo himself is the central peak of French literature, at least in his own estimation. Napoleon is supposed to have said, echoing Louis XIV: La France, c’est moi, and if he didn’t, Hugo certainly would have, and he might have added: La literature, c ‘est moi.

Hugo’s egoism and certitude of his own greatness is legendary. At the heart of his 1866 epic, The Toilers of the Sea, for example, is a huge monogram of Hugo’s initial: the wrecked ship wedged between the two vertical pillars of rock, stranded high and dry by the receding sea: The huge capital H formed by the two Douvres linked by the crossbar of the Durande stood out against the horizon in a kind of crepuscular majesty. Hugo associated himself with majesty, with size. Les Miserables, huge, sprawling, prolix, is Hugo at his most majestic.

In the debates about the purpose of art which were such a feature of 19th century culture, Hugo was on the side of those who believed that art should have a purpose beyond itself. Art for Hugo should subordinate itself to political necessity, which he saw as moral enlightenment, the betterment of humanity, Progress. Art should morally uplift. Art should teach. This view of art is everywhere evident in Les Miserables, with its book length rants on the evils of capital punishment and religious incarceration, the moral depravity of the ancient regime, the evils of poverty, the role of women, the injustices of the penal system, the nature of history, the sociological study of argot, the legitimacy or otherwise of insurrection.

Part of the reason for Shakespeare’s greatness, for Dostoevsky’s also, is that nowhere in their work can you point to a view and say: “This is what the author believes, this is what he wants us to believe.” Shakespeare the man is entirely absent from his plays; Dostoevsky took care to keep his own views out of his novels and never to privilege one view over another. With Shakespeare and Dostoevsky, the reader is always given the role of interpreter and final arbiter between the great dialogues of the plays and novels.

Hugo’s strategy is the opposite. In other writers, it is necessary to always hold in mind the gap between the narrator and the author, who, theoretically, are quite different. In Hugo, the opposite is true. The narrator is always Hugo, and we always know exactly what he intends, what he thinks, and what he means, because he tells us, unambiguously, at length. In the narrative voice, in the same way that Hugo the man positioned himself in the society of his time, Hugo the narrator positions himself as the Great Teacher, the Great Reformer, the Seer of Society, the High Priest of Progress, the Almighty Father. The reader is given the role of student, of disciple, of child, and any movement on the part of the reader towards independent thought, towards personal interpretation, is strictly prohibited by the narrative voice. This takes place on the level of content and on the level of language, as we can see if we look in more detail at his style....

Read the full review on The Lectern. ( )
16 vote tomcatMurr | Apr 21, 2011 |
Not my favorite translation. ( )
  Kelliott | Jul 2, 2010 |
The truth is, I didn't finish this book, but abandoned it halfway through. Everything started to just be more of the same, and still more of the same, and yet more of the same still. I usually roll my eyes when people indignantly say that a book could have been written at half its length and lose nothing - usually I think this opinion belongs to someone who reads for plot alone, and I pity them from my Higher-Art-Than-Thou viewpoint for missing all the many other glorious reasons one reads a book. But this is one exception.

On reading Les Miserables, I felt as if I was stuck in a room with Victor Hugo. He was sitting well back in his chair with his hands on his head and one ankle resting on the other knee, and he was holding forth at great and unnecessary length on all his opinions, prejudices and advice-to-the-less-learned. This book is not so much a book, as Hugo pinning you down and telling you all the deep thoughts he had while sitting alone in the pub the night before. And the pity of it is, Hugo is not George Eliot, or E.M Forster, or any of the many other writers I understand use the novel to present their insightful ideas and philosophies. The sad fact is, Hugo is simply a prejudiced and strong-minded old man.

At first I enjoyed it. I liked his digressions (still do prefer them to the actual story) and liked arguing with his opinions in my head. Meeting his type of person in real life can be entertaining, even endearing, in small doses. If Les Mis had been half its length, I would be prepared to accept it as a classic worth reading. But for what it is, it's just tooooo long.

As a P.S. I will add - I am sure reading it in English is at least half the reason I didn't love it as so many people do. I believe the original French is full of subtle word-play and beauty that can't be transferred to English. If I ever become fluent in French, I shall revisit Friend Hugo and see what I think of him then.
4 vote ChocolateMuse | Feb 21, 2010 |
Showing 3 of 3
no reviews | add a review

» Add other authors (26 possible)

Author nameRoleType of authorWork?Status
Hugo, VictorAuthorprimary authorall editionsconfirmed
Gohin, YvesEditorsecondary authorsome editionsconfirmed
You must log in to edit Common Knowledge data.
For more help see the Common Knowledge help page.
Series (with order)
Canonical title
Original title
Alternative titles
Original publication date
People/Characters
Important places
Important events
Related movies
Awards and honors
Epigraph
Dedication
First words
Quotations
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
Description de la bataille de Waterloo - Tome 1 - page 453Chapitre XVI. Quot Libras in Duce?La bataille de Waterloo est une énigme. Elle est aussi obscure pour ceux qui l'ont gagnée que pour celui qui l'a perdue. Pour Napoléon, c'est une panique. Blücher n'y voit que du feu, Wellington n'y comprend rien. Voyez les rapports. Les bulletins sont confus, les commentaires sont embrouillés. Ceux-ci balbutient, ceux-là bégayent. Jomini partage la bataille de Waterloo en quatre moments, Muffling la coupe en trois péripéties, Charras, quoique sur quelques points nous ayons une autre appréciation que lui, a seul saisi de son fier coup d'œil les linéaments caractéristiques de cette catastrophe du génie humain aux prises avec le hasard divin. Tous les autres historiens ont un certain éblouissement, et dans cet éblouissement ils tâtonnent. Journée fulgurante, en effet, écroulement de la monarchie militaire qui, à la grande stupeur des rois, a entraîné tous les royaumes, chute de la force, déroute de la guerre.Dans cet événement, empreint de nécessité surhumaine, la part des hommes n'est rien. Retirer Waterloo à Wellington et à Blücher, est-ce ôter quelque chose à l'Angleterre et à l'Allemagne? Non. Ni cette illustre Angleterre ni cette auguste Allemagne ne sont en question dans le problème de Waterloo. Grâce au ciel, les peuples sont grands en dehors des lugubres aventures de l'épée. Ni l'Allemagne, ni l'Angleterre, ni la France, ne tiennent dans un fourreau. Dans cette époque où Waterloo n'est qu'un cliquetis de sabres, au-dessus de Blücher l'Allemagne a Goethe et au-dessus de Wellington l'Angleterre a Byron. Un vaste lever d'idées est propre à notre siècle, et dans cette aurore l'Angleterre et l'Allemagne ont leur lueur magnifique. Elles sont majestueuses par ce qu'elles pensent. L'élévation de niveau qu'elles apportent à la civilisation leur est intrinsèque, il vient d'elles-mêmes, et non d'un accident. Ce qu'elles ont d'agrandissement au dix-neuvième siècle n'a point Waterloo pour source. Il n'y a que les peuples barbares qui aient des crues subites après une victoire. C'est la vanité passagère des torrents enflés d'un orage. Les peuples civilisés, surtout au temps où nous sommes, ne se haussent ni ne s'abaissent par la bonne ou mauvaise fortune d'un capitaine. Leur poids spécifique dans le genre humain résulte de quelque chose de plus qu'un combat. Leur honneur, Dieu merci, leur dignité, leur lumière, leur génie, ne sont pas des numéros que les héros et les conquérants, ces joueurs, peuvent mettre à la loterie des batailles. Souvent bataille perdue, progrès conquis. Moins de gloire, plus de liberté. Le tambour se tait, la raison prend la parole. C'est le jeu à qui perd gagne. Parlons donc de Waterloo froidement des deux côtés. Rendons au hasard ce qui est au hasard et à Dieu ce qui est à Dieu. Qu'est-ce que Waterloo? Une victoire? Non. Un quine.Quine gagné par l'Europe, payé par la France.Ce n'était pas beaucoup la peine de mettre là un lion.Waterloo du reste est la plus étrange rencontre qui soit dans l'histoire. Napoléon et Wellington. Ce ne sont pas des ennemis, ce sont des contraires. Jamais Dieu, qui se plaît aux antithèses, n'a fait un plus saisissant contraste et une confrontation plus extraordinaire. D'un côté, la précision, la prévision, la géométrie, la prudence, la retraite assurée, les réserves ménagées, un sang-froid opiniâtre, une méthode imperturbable, la stratégie qui profite du terrain, la tactique qui équilibre les bataillons, le carnage tiré au cordeau, la guerre réglée montre en main, rien laissé volontairement au hasard, le vieux courage classique, la correction absolue, de l'autre l'intuition, la divination, l'étrangeté militaire, l'instinct surhumain, le coup d'œil flamboyant, on ne sait quoi qui regarde comme l'aigle et qui frappe comme la foudre, un art prodigieux dans une impétuosité dédaigneuse, tous les mystères d'une âme profonde, l'association avec le destin, le fleuve, la plaine, la forêt, la colline, sommés et en quelque sorte forcés d'obéir, le despote allant jusqu'à tyranniser le champ de bataille, la foi à l'étoile mêlée à la science stratégique, la grandissant, mais la troublant. Wellington était le Barème de la guerre, Napoléon en était le Michel-Ange, et cette fois le génie fut vaincu par le calcul.Des deux côtés on attendait quelqu'un. Ce fut le calculateur exact qui réussit. Napoléon attendait Grouchy, il ne vint pas. Wellington attendait Blücher, il vint.Wellington, c'est la guerre classique qui prend sa revanche. Bonaparte, à son aurore, l'avait rencontrée en Italie, et superbement battue. La vieille chouette avait fui devant le jeune vautour. L'ancienne tactique avait été non seulement foudroyée, mais scandalisée. Qu'était-ce que ce Corse de vingt-six ans, que signifiait cet ignorant splendide qui, ayant tout contre lui, rien pour lui, sans vivres, sans munitions, sans canons, sans souliers, presque sans armée, avec une poignée d'hommes contre des masses, se ruait sur l'Europe coalisée, et gagnait absurdement des victoires dans l'impossible? D'où sortait ce forcené foudroyant qui, presque sans reprendre haleine, et avec le même jeu de combattants dans la main, pulvérisait l'une après l'autre les cinq armées de l'empereur d'Allemagne, culbutant Beaulieu sur Alvinzi, Wurmser sur Beaulieu, Mélas sur Wurmser, Mack sur Mélas? Qu'était-ce que ce nouveau venu de la guerre ayant l'effronterie d'un astre? L'école académique militaire l'excommuniait en lâchant pied. De là une implacable rancune du vieux césarisme contre le nouveau, du sabre correct contre l'épée flamboyante, et de l'échiquier contre le génie. Le 18 juin 1815, cette rancune eut le dernier mot, et au-dessous de Lodi, de Montebello, de Montenotte, de Mantoue, de Marengo, d'Arcole, elle écrivit: Waterloo. Triomphe des médiocres, doux aux majorités. Le destin consentit à cette ironie. A son déclin, Napoléon retrouva devant lui Wurmser jeune.Pour avoir Wurmser en effet, il suffît de blanchir les cheveux de Wellington.Waterloo est une bataille du premier ordre gagnée par un capitaine du second.Ce qu'il faut admirer dans la bataille de Waterloo, c'est l'Angleterre, c'est la fermeté anglaise, c'est la résolution anglaise, c'est le sang anglais, ce que l'Angleterre a eu là de superbe, ne lui en déplaise, c'est elle-même. Ce n'est pas son capitaine, c'est son armée. Wellington, bizarrement ingrat, déclare dans une lettre à lord Bathurst que son armée, l'armée qui a combattu le 18 juin 1815, était une «détestable armée». Qu'en pense cette sombre mêlée d'ossements enfouis sous les sillons de Waterloo?L'Angleterre a été trop modeste vis-à-vis de Wellington. Faire Wellington si grand, c'est faire l'Angleterre petite. Wellington n'est qu'un héros comme un autre. Ces Écossais gris, ces horse-guards, ces régiments de Maitland et de Mitchell, cette infanterie de Pack et de Kempt, cette cavalerie de Ponsonby et de Somerset, ces highlanders jouant du pibroch sous la mitraille, ces bataillons de Rylandt, ces recrues toutes fraîches qui savaient à peine manier le mousquet tenant tête aux vieilles bandes d'Essling et de Rivoli, voilà ce qui est grand. Wellington a été tenace, ce fut là son mérite, et nous ne le lui marchandons pas, mais le moindre de ses fantassins et de ses cavaliers a été tout aussi solide que lui. L'iron-soldier vaut l'iron-duke. Quant à nous, toute notre glorification va au soldat anglais, à l'armée anglaise, au peuple anglais. Si trophée il y a, c'est à l'Angleterre que le trophée est dû. La colonne de Waterloo serait plus juste si au lieu de la figure d'un homme, elle élevait dans la nue la statue d'un peuple.Mais cette grande Angleterre s'irritera de ce que nous disons ici. Elle a encore, après son 1688 et notre 1789, l'illusion féodale. Elle croit à l'hérédité et à la hiérarchie. Ce peuple, qu'aucun ne dépasse en puissance et en gloire, s'estime comme nation, non comme peuple. En tant que peuple, il se subordonne volontiers et prend un lord pour une tête. Workman, il se laisse dédaigner, soldat, il se laisse bâtonner. On se souvient qu'à la bataille d'Inkermann un sergent qui, à ce qu'il paraît, avait sauvé l'armée, ne put être mentionné par lord Raglan, la hiérarchie militaire anglaise ne permettant de citer dans un rapport aucun héros au-dessous du grade d'officier.Ce que nous admirons par-dessus tout, dans une rencontre du genre de celle de Waterloo, c'est la prodigieuse habileté du hasard. Pluie nocturne, mur de Hougomont, chemin creux d'Ohain, Grouchy sourd au canon, guide de Napoléon qui le trompe, guide de Bülow qui l'éclaire, tout ce cataclysme est merveilleusement conduit.Au total, disons-le, il y eut à Waterloo plus de massacre que de bataille.Waterloo est de toutes les batailles rangées celle qui a le plus petit front sur un tel nombre de combattants. Napoléon, trois quarts de lieue, Wellington, une demi-lieue, soixante-douze mille combattants de chaque côté. De cette épaisseur vint le carnage.On a fait ce calcul et établi cette proportion: Perte d'hommes: à Austerlitz, Français, quatorze pour cent, Russes, trente pour cent, Autrichiens, quarante-quatre pour cent. A Wagram, Français, treize pour cent, Autrichiens, quatorze. A la Moskova, Français, trente-sept pour cent, Russes, quarante-quatre. A Bautzen, Français, treize pour cent, Russes et Prussiens, quatorze. A Waterloo, Français, cinquante-six pour cent, Alliés, trente et un. Total pour Waterloo, quarante et un pour cent. Cent quarante-quatre mille combattants, soixante mille morts.Le champ de Waterloo aujourd'hui a le calme qui appartient à la terre, support impassible de l'homme, et il ressemble à toutes les plaines.La nuit pourtant une espèce de brume visionnaire s'en dégage, et si quelque voyageur s'y promène, s'il regarde, s'il écoute, s'il rêve comme Virgile devant les funestes plaines de Philippes, l'hallucination de la catastrophe le saisit. L'effrayant 18 juin revit,
L'homme qui a gagné la bataille de Waterloo, ce n'est pas Napoléon en déroute, ce n'est pas Wellington pliant à quatre heures, désespéré à cinq, ce n'est pas Blücher, qui ne s'est point battu, l'homme qui a gagné la bataille de Waterloo, c'est Cambronne.Foudroyer d'un tel mot le tonnerre qui vous tue, c'est vaincre.Faire cette réponse à la catastrophe, dire cela au destin, donner cette base au lion futur, jeter cette réplique à la pluie de lanuit, au mur traître de Hougomont, au chemin creux d'Ohain, au retard de Grouchy, à l'arrivée de Bliïcher, être l'ironie dans le sépulcre, faire en sorte de rester debout après qu'on sera tombé, noyer dans deux syllabes la coalilion européenne, oll'rir aux rois ces latrines .déjà connues des Césars, faire du dernier des mots le premier, en y mêlant l'éclair de la France, clore insolemment Watertoo par le mardi gras, compléter Leonidas par Rabelais, résumer cette victoire dans une parole suprême impossible à prononcer, perdre le terrain et garder l'histoire, après ce carnage avoir pour soi les rieurs, c'est immense.C'est l'insulte à la foudre, cela atteint la grandeur eschylienne.Les Misérables tome 1 - II Cosette I Waterloo XIII Cambronne p. 451
Ce jour-là, la perspective du genre humain a changé. Waterloo, c'est le gond du dix-neuvième siècle. La disparition du grand homme était nécessaire à l'avènement du grand siècle. Quelqu'un à qui on ne réplique pas s'en est chargé. La panique des héros s'explique. Dans la bataille de Waterloo, il y a plus que du nuage, il y a du météore. Dieu a passé.A la nuit tombante, dans un champ près de Genappe, Bernard et Bertrand saisirent par un pan de sa redingote et arrêtèrent un homme hagard, pensif, sinistre, qui, entraîné jusquelà par le courant de la déroute, venait de mettre pied à terre, avait passé sous son bras la bride de son cheval, et l'œil égaré, s'en retournait seul vers Waterloo. C'était Napoléon essayant encore d'aller en avant, immense somnambule de ce rêve écroulé.Les Misérables tome 1 - II Cosette I Waterloo XIII La catastrophe p. 449
Last words
Disambiguation notice
This edition of Les Misérables consists of two volumes. Volume 1 contains of the first two and a half "books", with the remainder in volume 2. Please only combine volumes into this work if you know that those you are combining into contain the same sections.
Publisher's editors
Blurbers
Publisher series
Original language

References to this work on external resources.

Wikipedia in English

None

Book description
Haiku summary

No descriptions found.

The first part of classic novel rich in both character portrayal and historical description. Characters such as the Valjean, the street urchin Gavroche, the rascal Thenardier, the detective Javert, and the figure of the prostitute Fantine and her daughter Cosette, have entered the pantheon of literary dramatis personae.… (more)

Quick Links

Swap Ebooks Audio
4 avail.
6 wanted
1 free
1 pay

Popular covers

Rating

Average: (4.18)
0.5
1 4
1.5
2 2
2.5
3 9
3.5
4 22
4.5 6
5 36

Is this you?

Become a LibraryThing Author.

 

You are using the new servers! | About | Privacy/Terms | Help/FAQs | Blog | Store | APIs | TinyCat | Legacy Libraries | Early Reviewers | Common Knowledge | 117,106,258 books! | Top bar: Always visible