HomeGroupsTalkZeitgeist
Hide this

Results from Google Books

Click on a thumbnail to go to Google Books.

Une vie à coucher dehors by Sylvain Tesson
Loading...

Une vie à coucher dehors (edition 2010)

by Sylvain Tesson

MembersReviewsPopularityAverage ratingMentions
152647,891 (4)1
Member:folivier
Title:Une vie à coucher dehors
Authors:Sylvain Tesson
Info:Gallimard (2010), Poche, 205 pages
Collections:Your library
Rating:****
Tags:nouvelles, France, mer, océan, naufrage, Russie, hiver, destin

Work details

Une vie à coucher dehors by Sylvain Tesson

B6 (1) DBF (1) destin (1) ebook (1) France (1) French (1) Mer (1) naufrage (1) nouvelles (4) ocean (1) Roman (1) Russia (1) short stories (1) SO (1) winter (1)
None

None.

Loading...

Sign up for LibraryThing to find out whether you'll like this book.

No current Talk conversations about this book.

» See also 1 mention

Showing 2 of 2
Piotr avait un chien pour n’être pas seul, un fusil pour n’avoir pas faim, une hache pour n’avoir pas froid. Ce jour-là, il caressa le premier, graissa le second, aiguisa le troisième. La vie n’est pas compliquée quand on a tiré le rideau de la forêt sur toute ambition. (p. 89, “Le lac”).

J’ai hésité avant d’acheter ce livre, me disant que l’on en faisait trop des gorges chaudes pour qu’il soit bien, mais la curiosité l’a emportée, je voulais découvrir cet écrivain voyageur, ou ce voyageur écrivain, et je voulais me laisser convaincre et emporter sur les routes.
Hélas, ce fut une déception. Ces nouvelles sont convenues et prévisibles. L’absence de suspens ou de tension ne me déplaît pas nécessairement lorsque le texte est servi par une plume personnelle. Mais là aussi, le style est convenu et prévisible. Je dois donc avouer que, malgré les paysages que l’on traverse et qui devraient couper le souffle, je me suis ennuyée, et n’ai persévéré que bercée par l’illusion que la prochaine nouvelle serait mieux.

Certains diront peut-être que je suis blasée, cynique, mais je n’ai pas aimé les sentences dont Sylvain Tesson parsème ses nouvelles, dans des phrases qui se veulent lapidaires mais qui sont des lieux communs cent fois entendus (« Dans les pays pauvres, les pauvres sont maigres, mais dans les pays riches, ils sont gros. », p. 116, “Le naufrage”) ou que l’auteur répète lui-même, comme cette formule utilisée deux fois à à peine vingt pages d’intervalles : « L’enfer, ce n’est pas les autres, c’est quand ils vivent trop près. » (p. 159, “L’île”) puis « L’enfer, ce n’est pas les autres, c’est l’éventualité qu’ils arrivent. » (p. 181, “La crique”).
Alors certes, les nouvelles “Le lac” et peut-être “Le phare” (avec une des rares formules qui m’ont arraché un sourire, « En Bretagne, même la mer fait de la crème. », p. 198) ne sont pas désagréables, mais elles ne compensent pas à elles seules les faiblesses du reste du livre, qui manque tout autant d’imagination que de style. Je retourne donc de ce pas vers tous ces autres écrivains voyageurs que nous a donné le XIXème siècle ou d’autres plus récents, pour y retrouver cette plume qui me fait voyager et voir les paysages et les gens que je ne rencontrerai jamais.
  raton-liseur | Sep 30, 2013 |
Quinze nouvelles nous contant le tragique de l'homme. Sylvain Tesson nous fait voyager dans le temps et dans l'espace avec un fil conducteur au-travers de ses textes : la fatalité, le destin, la nature au-dessus des hommes. Il nous propose une vision assez pessimiste et tragique de la vie et de nos sociétés. Des textes très bien écrits, avec de magnifiques passages pour décrire l'hiver sibérien notamment.
J'ai particulièrement apprécié la très courte nouvelle intitulée "La particule" qui nous décrit la vie éternelle d'un atome, illustrant d'une manière très original le précepte de Lavoisier "rien ne se créé, rien ne se perd, tout se transforme", ainsi que "Le bug", nouvelle futuriste imaginant la révolte des femmes mettant fin à une période dite de l'âge sombre ayant débutée "le jour où quelques prophètes étourdis de soleil avaient décrété que la femme était un os surnuméraire sorti du flanc de l'homme", ainsi que la discussion sur les bienfaits de la société de consommation par deux déportés soviétiques en pleine hiver sibérien.
Un très bon et beau recueuil de nouvelles qui se dévore d'une traite ( )
  folivier | Dec 6, 2012 |
Showing 2 of 2
no reviews | add a review
You must log in to edit Common Knowledge data.
For more help see the Common Knowledge help page.
Series (with order)
Canonical title
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to the English one.
Original title
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to the English one.
Alternative titles
Original publication date
People/Characters
Important places
Important events
Related movies
Awards and honors
Epigraph
Dedication
First words
Quotations
Last words
Disambiguation notice
Publisher's editors
Blurbers
Publisher series
Original language

References to this work on external resources.

Wikipedia in English

None

Book description
Haiku summary

No descriptions found.

No library descriptions found.

Quick Links

Swap Ebooks Audio
4 wanted2 pay

Popular covers

Rating

Average: (4)
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
4 1
4.5
5

Is this you?

Become a LibraryThing Author.

 

Help/FAQs | About | Privacy/Terms | Blog | Contact | LibraryThing.com | APIs | WikiThing | Common Knowledge | Legacy Libraries | Early Reviewers | 91,663,489 books! | Top bar: Always visible