HomeGroupsTalkExploreZeitgeist
Search Site
This site uses cookies to deliver our services, improve performance, for analytics, and (if not signed in) for advertising. By using LibraryThing you acknowledge that you have read and understand our Terms of Service and Privacy Policy. Your use of the site and services is subject to these policies and terms.
Hide this

Results from Google Books

Click on a thumbnail to go to Google Books.

Two Sides to Every Story (1977) [Import] by…
Loading...

Two Sides to Every Story (1977) [Import]

by Gene Clark (Artiste)

MembersReviewsPopularityAverage ratingConversations
116,758,832 (4)None
Member:Joop-le-philosophe
Title:Two Sides to Every Story (1977) [Import]
Authors:Gene Clark (Artiste)
Info:Polygram
Collections:Reviews, Votre discothèque
Rating:****
Tags:None

Work Information

Two Sides to Every Story Clark,Gene [Import] by Gene Clark

Recently added byJoop-le-philosophe

No tags

None
Loading...

Sign up for LibraryThing to find out whether you'll like this book.

No current Talk conversations about this book.

> Discogs : https://www.discogs.com/fr/master/351739-Gene-Clark-Two-Sides-To-Every-Story

> NON, GENE N'EST PAS MORT. — C'est une évidence : Gene Clark était un visionnaire. Plus célèbre pour avoir fait partie des Byrds que pour l'ensemble de sa carrière personnelle, ce qui constitue, soit dit en passant, une aberration tant son catalogue en solo est remarquable (White Light, No Other, Roadmaster...), il avait anticipé avant tout le monde, à l'instar de Graham Parsons, qu'il y avait un coup à faire en mélangeant les sixties, la pop, le rock, le bluegrass et la country music pour créer son propre style. Ce constat fut rarement admis de son vivant. Il aura fallu qu'il parte Ad Patres pour qu'on lui concède, en republiant son aeuvre, ce qui est aujourd'hui un fait acquis : ce mec était génial, ce que n'avait visiblement pas pigé le public d'alors. Celui d'aujourd'hui est plus verni, car il a le privilège de redécouvrir, via les rééditions, la beauté de l'ensemble du répertoire de ce précurseur d'un country rock, que les suceurs de roue d'Eagles se sont finalement appropriés pour le succès que l'on connait. Pensez donc que, pour le fan que je suis de cette légende de la musique populaire américaine, ces retours en arrière discographiques sont une aubaine et une manière de remettre l'église au milieu du village. I'll Feel A Whole Lot Better, Eight Miles High, classique du rock psychédélique, c'est lui, ne l'oublions pas. Gene Clark a défriché le terrain et défini les frontières de la musique américaine des années 70, a sorti les Byrds du plan-plan « on reprend du Dylan », a montré la voie à suivre en publiant des albums figurant dans le gotha du rock et vous voudriez que ça ne se sache pas. Prenons le cas de Two Sides To Every Story (1977), en retrait derrière ses remarquables No Other (1974) et surtout White Light (1971), album devenu mythique, et bien, au moment de sa publication, Gene Clark est voué aux gémonies. On le considère comme dépassé. Celui qui est vu comme un loser n'a plus rien à dire depuis trois ans et No Other, a quitté Geffen Records... On l'annonce fini, d'autant plus qu'il sombre dans les excès classiques : alcool et drogues. Alors, comme c'est de coutume dès que vous n'intéressez plus l'establishment, vous êtes rejeté, ignoré, cassé. C'est ce qui arrive à cet artiste dont le nouveau Lp passe quasiment inaperçu. Erreur... Grave erreur, Gene Clark a encore des munitions et si son country-rock mélodique est moins flamboyant et moins risqué, il continue à séduire et se montre toujours aussi à l'aise dès qu'il doit explorer les territoires country. La voix est encore belle, le jeu de guitare tout aussi sympa, l'écriture à un excellent niveau et les potes sont resté fidèles : Emmylou Harris, le violoniste Byron Berline, Doug Dillard, avec lequel il signe un chef d'aeuvre de country rock (The Fantastic Expedition Of Dillard & Clark de 1968),John Hartford, Jeff Baxter et Al Perkins. Sur les dix plages que compte Two Sides To Every Story, la surprise vient des magnifiques ballades comme Sister Moon, Silent Crusade, la triste Give My Love To Marie de James Talley, Hear The Wind (Gene Clark), du traditionnel In The Pines, du délicieux Mary Lou de Young Jessie et du probant Kansas City Southern. L'hommage bluegrass au joueur de baseball Babe Ruth (Home Run King) qui introduit l'album est également à relever. Que les fans dupés de 1977 se rassurent. Nous avons été roulés dans la farine par une presse qui faisait alors des courbettes (pour ne pas dire fellations) aux punks et qui n'a pas daigné accorder le moindre regard à ce disque. Gene Clark est encore en pleine forme et est encore au niveau du talent qu'on lui prête. Celui de Two Sides To Every Story, en tous cas, se porte comme un charme et nous livre encore des moments d'une grande beauté qui ne peuvent pas laisser insensible. Comme le dit son dernier titre, Silent Crusade, c'est une ballade silencieuse. C'est tout à fait ça (PLO54).
--jean-claude, le 28 avril 2012, (Sur Amazon.fr) ( )
  Joop-le-philosophe | May 14, 2022 |
no reviews | add a review
You must log in to edit Common Knowledge data.
For more help see the Common Knowledge help page.
Canonical title
Original title
Alternative titles
Original publication date
People/Characters
Important places
Important events
Related movies
Awards and honors
Epigraph
Dedication
First words
Quotations
Last words
Disambiguation notice
Publisher's editors
Blurbers
Original language
Canonical DDC/MDS
Canonical LCC

References to this work on external resources.

Wikipedia in English

None

No library descriptions found.

Book description
Haiku summary

Popular covers

None

Quick Links

Genres

No genres

Rating

Average: (4)
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
4 1
4.5
5

Is this you?

Become a LibraryThing Author.

 

About | Contact | Privacy/Terms | Help/FAQs | Blog | Store | APIs | TinyCat | Legacy Libraries | Early Reviewers | Common Knowledge | 170,098,422 books! | Top bar: Always visible