HomeGroupsTalkMoreZeitgeist
Search Site
This site uses cookies to deliver our services, improve performance, for analytics, and (if not signed in) for advertising. By using LibraryThing you acknowledge that you have read and understand our Terms of Service and Privacy Policy. Your use of the site and services is subject to these policies and terms.

Results from Google Books

Click on a thumbnail to go to Google Books.

The Pit and the Trap: A Chronicle of…
Loading...

The Pit and the Trap: A Chronicle of Survival (edition 1995)

by Leyb Rochman (Author)

MembersReviewsPopularityAverage ratingConversations
20None1,105,061NoneNone
    Leïb Rochman écrit son Journal entre 1943 et 1944 au moment où il vit caché derrière une double cloison chez une paysanne polonaise puis dans une fosse creusée dans une étable avec d'autres compagnons polonais, allemands, russes ou ukrainiens. Il ne livre jamais sa localisation exacte, il cite toujours, avec une extrême prudence, un village ou un lieu-dit à une certaine distance.    Ils passent des jours entiers, en rang d'oignons, les visages tournés vers le mur sans possibilité de s'asseoir. Avec talent, Leïb Rochman réussit à faire entendre le monde extérieur, l'écho des animaux, les détonations des tueries, les conversations de leur hôte avec les villageois. Le texte frappe par la force de leurs relations, de l'amour qui les lie entre eux et avec le peuple juif, et qui leur permet de survivre.    Leib Rochman nous fait entendre une voix folle de douleur mais il raconte aussi qu'en dépit de tout, lui et ses compagnons continuent d'observer l'essentiel des lois du judaïsme. Il nous livre ici une conception du monde pétrie de Torah (Pentateuque et plus largement Premier Testament) qui se déploie au fil des pages.    Jusque dans son approche des animaux domestiques, des souris et des mulots, des déflagrations et du tonnerre des combats et, bien sûr, des eaux qui les submergent dans leur dernière cachette, l'empreinte divine, le caractère cataclysmique et annonciateur d'une ère nouvelle – ou de la fin du monde – sont omniprésents.    Leur foi constitue l'un des aspects les plus poignants de ce témoignage. Ils ne cessent d'être portés par leur aspiration à construire une vie nouvelle comme à se reconstruire en tant qu'êtres humains, libres, dans un lieu où les Juifs seraient enfin les maîtres de leur destin. Un État juif, précise Rochman en Eretz-Israël. Là même où il s'éteindra en 1978. … (more)
Member:jackshlachter
Title:The Pit and the Trap: A Chronicle of Survival
Authors:Leyb Rochman (Author)
Info:Holocaust Library (1995), 288 pages
Collections:Your library
Rating:
Tags:None

Work Information

The Pit and the Trap: A Chronicle of Survival by Leyb Rochman

None
Loading...

Sign up for LibraryThing to find out whether you'll like this book.

No current Talk conversations about this book.

No reviews
no reviews | add a review

» Add other authors

Author nameRoleType of authorWork?Status
Leyb Rochmanprimary authorall editionscalculated
Darmon, ClaireTranslatorsecondary authorsome editionsconfirmed
Dover Daffan, MayaPrefacesecondary authorsome editionsconfirmed
Rozenbaumas, IsabelleTranslatorsecondary authorsome editionsconfirmed

Belongs to Publisher Series

You must log in to edit Common Knowledge data.
For more help see the Common Knowledge help page.
Canonical title
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
Original title
Alternative titles
Original publication date
People/Characters
Important places
Important events
Related movies
Epigraph
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
/
Dedication
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
Ce livre est dédié à la mémoire bénie et impérissable de mes proches :

À ma tendre, ma généreuse mère juive Rivkè Blumè (Rivkele), à ma petite sœur chérie, Miriem Rokhl, assassinées le huitième ou neuvième jour du mois d’Elul 1942 à Minsk, ou à Treblinka ; à mes sœurs bien-aimées Dinah et Ester – qui ont succombé au mois d’Elul (?) 1942 à Radom, ou à Treblinka ; à mon unique frère Yaakov Yossef Meïr – brûlé dans le camp de Birkenau en automne 1943 ; à ma belle-mère Hava et mon beau-frère Shmuel Yossef, assassinés au mois d’Elul 1942 à Treblinka ; ma belle-sœur Khayè Gitl – assassinée le 12 Elul 1942 au camp de Copernic ; à mon beau-frère Khayim Menahem – tué le 18 du mois de Tevet 1943, alors qu’il sautait du train qui le conduisait à Treblinka, soit des suites de sa chute, soit par des paysans qui l’ont capturé ; à mes chers oncles et tantes : Velvl, Moishè Borekh, Yankev Khayim, Avrom et Feygelè, Zlatkè, Toyvè, et Feygelè ; à mes cousins et cousines Motl, Hendelè, Rivkè, Yosl, Dovid, Motl, Tsirelè, Hershl, Yosl, Teltsè, Genendl, Nekhomtshè, Miriem, Rivkelè, Moishelè, Khayiml, ma nièce Zisl et son mari Menahem ; ainsi qu’à toute ma famille, mes proches, mes camarades, mes amis qui sont morts de faim dans le ghetto de Varsovie, abattus, torturés, étouffés, gazés, calcinés et éliminés par les moyens les plus diaboliques ; et à la mémoire de toute la communauté, les hommes, les femmes et les enfants de ma ville natale Minsk-Mazowiecki annihilés à Treblinka.



Que Dieu venge leur sang.
First words
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
Aujourd’hui, mercredi 17 février 1943, douze semaines ont passé depuis que nous sommes emmurés chez Felek. [...]
Quotations
Last words
Disambiguation notice
Publisher's editors
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
Blurbers
Original language
Information from the French Common Knowledge. Edit to localize it to your language.
Canonical DDC/MDS
Canonical LCC

References to this work on external resources.

Wikipedia in English

None

    Leïb Rochman écrit son Journal entre 1943 et 1944 au moment où il vit caché derrière une double cloison chez une paysanne polonaise puis dans une fosse creusée dans une étable avec d'autres compagnons polonais, allemands, russes ou ukrainiens. Il ne livre jamais sa localisation exacte, il cite toujours, avec une extrême prudence, un village ou un lieu-dit à une certaine distance.    Ils passent des jours entiers, en rang d'oignons, les visages tournés vers le mur sans possibilité de s'asseoir. Avec talent, Leïb Rochman réussit à faire entendre le monde extérieur, l'écho des animaux, les détonations des tueries, les conversations de leur hôte avec les villageois. Le texte frappe par la force de leurs relations, de l'amour qui les lie entre eux et avec le peuple juif, et qui leur permet de survivre.    Leib Rochman nous fait entendre une voix folle de douleur mais il raconte aussi qu'en dépit de tout, lui et ses compagnons continuent d'observer l'essentiel des lois du judaïsme. Il nous livre ici une conception du monde pétrie de Torah (Pentateuque et plus largement Premier Testament) qui se déploie au fil des pages.    Jusque dans son approche des animaux domestiques, des souris et des mulots, des déflagrations et du tonnerre des combats et, bien sûr, des eaux qui les submergent dans leur dernière cachette, l'empreinte divine, le caractère cataclysmique et annonciateur d'une ère nouvelle – ou de la fin du monde – sont omniprésents.    Leur foi constitue l'un des aspects les plus poignants de ce témoignage. Ils ne cessent d'être portés par leur aspiration à construire une vie nouvelle comme à se reconstruire en tant qu'êtres humains, libres, dans un lieu où les Juifs seraient enfin les maîtres de leur destin. Un État juif, précise Rochman en Eretz-Israël. Là même où il s'éteindra en 1978. 

No library descriptions found.

Book description
Haiku summary

Current Discussions

None

Popular covers

Quick Links

Rating

Average: No ratings.

Is this you?

Become a LibraryThing Author.

 

About | Contact | Privacy/Terms | Help/FAQs | Blog | Store | APIs | TinyCat | Legacy Libraries | Early Reviewers | Common Knowledge | 206,402,771 books! | Top bar: Always visible